French (Fr)English (United Kingdom)
Conférence de Gordon Freeman - Hors Série - Symposium Préhistoire en Amérique

ASTRONOMY: Canada's Stonehenge in 3200 BC,

and Gregory's Bologna in AD 1575

(ASTRONOMIE: Le Stonehenge canadien en 3200 av. J.-C.,

et La Bologne de Grégoire III en 1575 apr. J.-C)

 

Gordon FreemanConférencier: Gordon Freeman

Quand : Samedi, 25 juin 2016, de 14h à 16h

 :       Annexe Herb-Linder (Boulingrin)
             303, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A7

 

Conférence en anglais suivie d’une période de questions bilingue.


 

M. Freeman et son épouse ont découvert le Temple solaire (Sun Temple) près de Majorville dans le sud de l’Alberta le 21 août 1980. Depuis, ils ont séjourné sur le site durant plusieurs jours en été, automne, hiver et printemps, tous les mois sauf en février. Un total d’environ 250 jours.
Le Temple contient des calendriers solaire et lunaire précis, marqués de longues lignes de pierres, ou cairns, pointant exactement sur le levée et le coucher du soleil et de la pleine lune lors des dates charnières du calendrier : solstices d’été et d’hiver, équinoxes du printemps et de l’automne. (En vieil anglais, henge veut dire hinge (hinge dates ou dates charnières), d’où le nom Stonehenge.)
La découverte la plus remarquable a été que les dates lors desquelles le jour et la nuit sont de longueur égale de 12 heures chacun, les équinoxes, ne sont pas les dates dites de l’équinoxe selon notre calendrier, le calendrier grégorien.
M. Freeman nous démontrera comment le calendrier solaire de Great Plains fonctionnait en 3200 av. J.-C. et dans la Bologne de Grégoire en 1575 apr. J.-C. Et nous dira pourquoi le Pape Grégoire III a donné la mauvaise date à l’équinoxe en 1582 apr. J.-C.
De nouvelles découvertes sont mises à jour à mesure qu’il fait l’analyse des 13,000 photographies du site.

 

20160625GordonFreeman 1Les pierres qui parlent sans bruit et qui savent sans mot.

20160625GordonFreeman 2Le soleil s’est levé à un moment et un endroit qui a changé notre histoire.

 

 

Gordon Freeman est né en 1930 à Hoffer, Saskatchewan, et a été introduit aux artéfacts de l’Âge de pierre à l’âge de six ans. Son père ramassait des pointes de flèche en pierre et des outils de pierre dans les prairies de la Saskatchewan après que les vents secs eurent érodé les sols cultivés.
Il a obtenu un M.A. de l’Université de la Saskatchewan, un Ph.D. de McGill, et un D.Phil. de Oxford. Il est physicien en chimie, a été durant dix ans Président de Chimie physique et théorique à l’Université de l’Alberta, et durant trente ans Directeur du Centre de recherche en radiation à ce même endroit. Il est maintenant professeur émérite. Durant cinquante ans, il a innové en études interdisciplinaires en chimie, physique, archéoastronomie et humanité. Il a plus de 450 publications à son actif en chimie, physique, archéoastronomie et autres sujets.
Comme passe-temps, il a visité plusieurs sites archéologiques au Canada, aux États-Unis, en Angleterre, Irlande, Europe et Asie. En 1980, son épouse Phyllis et lui ont découvert un Temple solaire vieux de 5200 ans dans le sud de l’Alberta et l’étudient depuis ce temps. En 1989, ils ont transporté en Angleterre leurs techniques d’observation développées en Alberta afin de résoudre la controverse entourant un possible calendrier à Stonehenge. Les magnifiques calendriers anciens presque identiques du sud de l’Alberta et de Stonehenge ont d’innombrables répercussions sur la préhistoire et l’histoire internationales.

Livre écrit par cet auteur: HIDDEN STONEHENGE: Ancient Temple in North America Reveals the Key to Ancient Wonders, London, Watkins Publishing, 2012.