Chercher une Conférence

Journée Symposium Préhistoire en Amérique

 

Quand : Samedi, 25 juin 2016, Une journée spéciale à ne pas manquer. 

 :       Annexe Herb-Linder (Boulingrin)
             303, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A7

 

Nous avons réunis pour cette journée très spéciale des conférenciers qui viennent vous présenter leurs précieuses découvertes. Soyez nombreux à venir assister à ces conférences exceptionnelles, en anglais, chacune suivie d’une période de questions et discussions. Voir plus de détails dans la description de chaque conférence.

 

Horaire:
9h à 10h:        inscription et accueil

 

10h à 12h :     Conférence de Gérard Leduc
                          The Knights Templar Take to the Sea towards Nova Francia
                           (Les Templiers prennent la mer vers Nova Francia)

 

12h à 14h :     Pause repas. Vous pouvez apporter votre propre lunch ou manger dans un des restaurants des environs.


14h à 16h :     Conférence de Gordon Freeman

                          ASTRONOMY: Canada's Stonehenge in 3200 BC, and Gregory's Bologna in AD 1575
                           (ASTRONOMIE: Le Stonehenge canadien en 3200 av. J.-C., et La Bologne de Grégoire III en 1575 apr. J.-C)


Inscription :
À l’avance :
                    En ligne, en remplissant le formulaire, indiquant « Symposium du 25 juin » dans la section « Commentaires »
                    Lors de nos conférences mensuelles
                    Lors de notre assemblée générale annuelle le samedi 11 juin 2016.
Sur place :
                   Inscription dès 9h

 

Coût :          5$ pour les membres
                10$ pour les non-membres

The Knights Templar Take to the Sea towards Nova Francia

(Les Templiers prennent la mer vers Nova Francia)

 

P1100305z 1Conférencier: Gérard Leduc

Quand : Samedi, 25 juin 2016, de 10h à 12h

 :       Annexe Herb-Linder (Boulingrin)
             303, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A7

 

Conférence en anglais suivie d’une période de questions bilingue.

 

2016-06-25GerardLeduc CoteauDuLacFondations octogonales d’une tour au Site historique national de Coteau-du-Lac. Ceci représente une tradition architecturale des Templiers.

 

Une conférence illustrée inédite par Gérard Leduc Ph D, de Potton

 

L’ordre du Temple est créé à Jérusalem en 1099 et sa branche armée, les Templiers, a pour but de protéger les pèlerins en Terre-sainte. Ce qui ne les empêche pas de conquérir la Palestine, d’établir une multinationale et de se doter d’une grande flotte. Ils rejoignent les autres continents et, en moins de deux siècles, deviennent immensément riches. En 1314, le roi Philippe le Bel les arrête et nombreux finissent leur jour sur le bûcher. Des milliers d’autres s’échappent et s’installent dans des pays voisins pour une vie meilleure.
À leur apogée, ils accostent en Nouvelle-France et y laissent de multiples vestiges dans les archives et dans plusieurs anciens bâtiments répartis sur le territoire du Québec, et ailleurs dans le nord-est américain. On reconnaît leur passage par la croix pattée rouge sur les plans de Ville-Marie, dans les ruines de forts très sophistiqués à Montréal, de même que sur la côte de la Nouvelle-Angleterre et à Terre-Neuve. Une découverte majeure est celle d’un poste templier d’une mission religieuse sur l’île de Chekoutimi, sur la rivière Saguenay, face à la ville actuelle de La Baie (Chicoutimi). Cette île mythique n’est plus, mais mes recherches l’ont redécouverte.
Architectes et artisans chevronnés, imbus d’astronomie et de mysticisme, ces pionniers-templiers en ont laissé des traces dans leurs bâtiments. Ils ont construit des tunnels et des chambres secrètes.
Comment les Templiers ont-ils disparu? Le Petit âge glaciaire débutant vers 1300 A.D.? La peste bubonique? L’hostilité des Indiens?
À la Renaissance, les puissances d’Europe se lancent dans les Grandes découvertes. De France, les rois envoient des agents secrets à la recherche des sites que les Templiers ont abandonnés quelque 200 ans auparavant en Nova Francia. On peut suivre ainsi la route de nos découvreurs partis à la recherche des Templiers disparus.
Aujourd’hui, les liens des francs-maçons avec la tradition des Templiers sont fascinants à découvrir.

 

Gérard Leduc

À la suite de ses études en biologie à l’université de Montréal, Gérard Leduc s’est inscrit à Oregon State University où il a obtenu un Ph. D. en pêcheries, en 1966. Il a enseigné au Département de biologie de l’Université Concordia jusqu’en 1990. Dans les Cantons-de-l’Est, il a fondé l’Association du patrimoine de Potton qu’il a présidée durant quinze ans. Il poursuit des recherches sur le patrimoine local et sur divers vestiges de pierres provenant d’anciennes civilisations européennes (Celtes et Vikings). Il est l’auteur de nombreux communiqués de presse sur l’histoire et l’archéologie locales, d’une vidéo, d’expositions et d’un livre sur l’histoire de Potton. Il est aussi animateur d’excursions et conférencier.
Parallèlement, il a entrepris des recherches sur une ancienne présence des Templiers en Nouvelle-France bien avant le Régime français du 17e siècle. Un livre est en préparation sur le sujet et il écrit sur l’énigme des francs-maçons.

ASTRONOMY: Canada's Stonehenge in 3200 BC,

and Gregory's Bologna in AD 1575

(ASTRONOMIE: Le Stonehenge canadien en 3200 av. J.-C.,

et La Bologne de Grégoire III en 1575 apr. J.-C)

 

Gordon FreemanConférencier: Gordon Freeman

Quand : Samedi, 25 juin 2016, de 14h à 16h

 :       Annexe Herb-Linder (Boulingrin)
             303, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A7

 

Conférence en anglais suivie d’une période de questions bilingue.


 

M. Freeman et son épouse ont découvert le Temple solaire (Sun Temple) près de Majorville dans le sud de l’Alberta le 21 août 1980. Depuis, ils ont séjourné sur le site durant plusieurs jours en été, automne, hiver et printemps, tous les mois sauf en février. Un total d’environ 250 jours.
Le Temple contient des calendriers solaire et lunaire précis, marqués de longues lignes de pierres, ou cairns, pointant exactement sur le levée et le coucher du soleil et de la pleine lune lors des dates charnières du calendrier : solstices d’été et d’hiver, équinoxes du printemps et de l’automne. (En vieil anglais, henge veut dire hinge (hinge dates ou dates charnières), d’où le nom Stonehenge.)
La découverte la plus remarquable a été que les dates lors desquelles le jour et la nuit sont de longueur égale de 12 heures chacun, les équinoxes, ne sont pas les dates dites de l’équinoxe selon notre calendrier, le calendrier grégorien.
M. Freeman nous démontrera comment le calendrier solaire de Great Plains fonctionnait en 3200 av. J.-C. et dans la Bologne de Grégoire en 1575 apr. J.-C. Et nous dira pourquoi le Pape Grégoire III a donné la mauvaise date à l’équinoxe en 1582 apr. J.-C.
De nouvelles découvertes sont mises à jour à mesure qu’il fait l’analyse des 13,000 photographies du site.

 

20160625GordonFreeman 1Les pierres qui parlent sans bruit et qui savent sans mot.

20160625GordonFreeman 2Le soleil s’est levé à un moment et un endroit qui a changé notre histoire.

 

 

Gordon Freeman est né en 1930 à Hoffer, Saskatchewan, et a été introduit aux artéfacts de l’Âge de pierre à l’âge de six ans. Son père ramassait des pointes de flèche en pierre et des outils de pierre dans les prairies de la Saskatchewan après que les vents secs eurent érodé les sols cultivés.
Il a obtenu un M.A. de l’Université de la Saskatchewan, un Ph.D. de McGill, et un D.Phil. de Oxford. Il est physicien en chimie, a été durant dix ans Président de Chimie physique et théorique à l’Université de l’Alberta, et durant trente ans Directeur du Centre de recherche en radiation à ce même endroit. Il est maintenant professeur émérite. Durant cinquante ans, il a innové en études interdisciplinaires en chimie, physique, archéoastronomie et humanité. Il a plus de 450 publications à son actif en chimie, physique, archéoastronomie et autres sujets.
Comme passe-temps, il a visité plusieurs sites archéologiques au Canada, aux États-Unis, en Angleterre, Irlande, Europe et Asie. En 1980, son épouse Phyllis et lui ont découvert un Temple solaire vieux de 5200 ans dans le sud de l’Alberta et l’étudient depuis ce temps. En 1989, ils ont transporté en Angleterre leurs techniques d’observation développées en Alberta afin de résoudre la controverse entourant un possible calendrier à Stonehenge. Les magnifiques calendriers anciens presque identiques du sud de l’Alberta et de Stonehenge ont d’innombrables répercussions sur la préhistoire et l’histoire internationales.

Livre écrit par cet auteur: HIDDEN STONEHENGE: Ancient Temple in North America Reveals the Key to Ancient Wonders, London, Watkins Publishing, 2012. 

 Migration, Genetics, and Social Stratification in Human Prehistory 

(Migration, générique et stratification sociale dans la préhistoire de l’humanité)

 

 

Conférencier: Alex Kim

Kim36

Quand : Jeudi, 19 mai 2016, de 19h30 à 21h

 :       Édifice Centennial Hall
             288, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A4

 

Conférence en anglais


Alex Kim nous donnera son point de vue sur la préhistoire de l’humanité à partir de données de l’ensemble du génome de l’ADN ancien et de l’avènement de dialogue sur la génétique, l’archéologie et la linguistique historique. Géographiquement, l’accent sera vraisemblablement mis sur l’Amérique du Nord.

 

2016-05-19 AlexKimInRussianAltaiRegionAlexander M. Kim
B.A. Harvard 2013 (Organismic & Evolutionary Biology; Uyghur language).
Research associate 2013-15, David Reich Ancient DNA Laboratory, Dept. of Genetics, Harvard Medical School:

Kim05

- explorer l’histoire de la population humaine à partir de données des génétiques ancienne et moderne.
Ph.D. candidate 2015- in Archaeology, Dept. of Anthropology, Graduate School of Arts & Science, Harvard University:
- étudier les questions de migration, de diversité et de stratification sociale dans le passé de l’humanité,
particulièrement dans les hautes latitudes de l’Eurasie et de l’Amérique du Nord, mais aussi en Asie centrale et dans l’ensemble du Pacifique.
- en espérant faire la synthèse de la génétique et d’autres sujets de recherche (e.g. archéologie classique, linguistique historique)
pour une perspective plus complète de la préhistoire de l’humanité.

Kim11

Rock Art of the Eastern Canadian Shield

(Art rupestre dans l'est du Bouclier canadien)

 

P1370478z

Conférencier: Daniel Arsenault

2016-04-21DanielArsenault

Quand : Jeudi, 21 avril 2016, de 19h30 à 21h

 :       Édifice Centennial Hall
             288, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A4

 

Conférence en anglais suivie d’une période de questions bilingue.


Docteur en anthropologie avec spécialisation en archéologie précolombienne de l’Université de Montréal, Daniel Arsenault mène depuis une douzaine d’années des recherches qui portent sur les sites d’art rupestre autochtones du Bouclier canadie

n et de l’Arctique de l’E

st, autant pour ce qui est de l’analyse de leur

P1370473z

contenu que pour leur conservation et leur

mise en valeur. L’étude de l’art rupestre l’a conduit à réaliser des études de sites au Québec et au Canada, en Australie, en Italie, aux Etats-Unis, dans les Antilles et au Brésil. Il dirige actuellement un groupe de travail international dont le mandat est la production d’un document novateur sur la documentation des sites rupestres dans le monde.

The Triple Lines of Evidence for Prehistoric Migrations:

Genetic, Archaeological, and Linguistic 

(Trois sources de témoignages des migrations préhistoriques:

génétique, archéologique et linguistique)


P1370205z 1Conférencier: Roy Keys

Quand : Jeudi, 17 mars 2016, de 19h30 à 21h

 :       Édifice Centennial Hall
             288, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A4

 

Conférence en anglais suivie d’une période de questions bilingue.


Durant les derniers quinze ans, la science plutôt récente de la génétique a apporté un nouveau point de vue sur le peuplement de notre monde. Des résultats récents confirment les découvertes archéologiques appuyant deux vagues de migration vers l’Europe après la période glacière et permettent la reconstitution de l’histoire génétique de la population de l’Europe moderne.

 

RKeys31 1

 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

RKeys32

RKeys33

The Last of the Beothuks : Shawnadithit or Santu?

(Le dernier des Beothuks: Shawnadithit ou Santu?)


P1240528 21Conférencier: Roy Wright

Quand : Jeudi, 18 février 2016, de 19h30 à 21h

:       Édifice Centennial Hall
             288, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A4

 

Conférence en anglais suivie d’une période de questions bilingue.


Alors que la plupart des canadiens s’intéressant de près à l’histoire ont entendu parler de Shawnadithit et de son tragique destin, très peu connaissent le nom de Santu. Son histoire a été publiée en 1922 par le professeur Frank G. Speck de l’université de Pennsylvanie. Il a écrit la courte monographie « BEOTHUK AND MICMAC » après une rencontre avec Santu, le dernier Beothuk encore vivant parmi les Micmacs de Conn River à Terre-Neuve il y a un siècle.



Cette rencontre extraordinaire découle de la persévérance de Speck et de la confiance mutuelle développée entre cet ethnologue non-conformiste et les peuples indigènes, surtout les Algonquiens, avec lesquels il a travaillé dans l’est de l’Amérique du Nord, des Catawba de Caroline du Sud aux Lenni-Lenape, Abénaquis-Penobscot, Passamaquoddy-Maliseet, Micmac et Naskapie-Crie du nord-est jusqu’au Labrador.

Nous nous concentrerons sur cette partie très peu connue de l’histoire de Terre-Neuve, retraçant les premières origines de ces « Indiens peaux-rouges » jusqu’aux premiers chasseurs au sud de la dernière glaciation du Bouclier Canadien.

 

2016-02 SantuFamily nflds22Le fils de Santu Toney et sa famille. Photo de Frank Speck. Courtoisie de American Philosophical Society (4595a)2016-02 Santu nflds22Santu Toney. Photo de Frank Speck 1910. Courtoisie de American Philosophical Society (4595a)2016-02-18 Shanawdithit portraitShanawdithit

 

The Long-Sault on the Ottawa River: From Prehistory to Dollard des Ormeaux
(Le Long-Sault sur la rivière des Outaouais: de la préhistoire à Dollard des Ormeaux

 

P1350799z 1Conférencier: Robert Simard, historien et conteur2016-01RobertSimard

Quand : Jeudi, 21 janvier 2016, de 19h30 à 21h
:       Édifice Centennial Hall
             288, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A4

 

Conférence en anglais suivie d’une période de questions bilingue.

 

Historien au Musée régional d’Argenteuil à Carillon, Robert Simard est un conteur remarquable. Naviguant à travers des faits historiques, Simard trouve un équilibre entre patrimoine et fantaisie. Grâce à M. Simard, l’histoire devient une histoire. Laissez-vous transporter à la frontière où les souvenirs rencontrent l’histoire.
Cette conférence se concentrera sur la préhistoire de la rivière des Outaouais, les déplacements de premières nations aux alentours du Long-Sault et la célèbre bataille de 1660.

Pour l'année 2016, la Société historique Beaurepaire-Beaconsfield a choisi de vous présenter des conférences autour du thème de l'histoire du territoire canadien avant l'immigration des européens 


Bienvenue à tous. 

Gratuit pour les membres; $2 pour les non-membres. 

Devenez membre pour seulement $5 par année

Information : Contactez-nous

 

Afghanistan, beyond the news headline, as seen by a witness

(Afghanistan, au-delà de la manchette de presse, vue par un témoin)


W 032749 1

Conférencier: Major Richard GrattonAfghanistan

QuandJeudi, 19 novembre 2015, de 19h00 à 20h45

Lieu:     Bibliothèque de Beaconsfield

             303, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A7


Conférence en anglais suivie d’une période de questions bilingue.


De décembre 2010 à juillet 2011 le Major Richard Gratton, citoyen de Beaconsfield, fut déployé en Afghanistan avec le 1er Bataillon du Royal 22e Régiment.
Le Major Gratton vous propose d'aller au-delà de la manchette de presse par sa présentation, ses vidéos et ses photos. Un conflit toujours d'actualité en ce mois de novembre, mois du souvenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

P1340439z 1