French (Fr)English (United Kingdom)
Conférence de Fred Parkinson

St. Lawrence Seaway: from Procrastination to Realisation

(La Voie maritime du St-Laurent : de la procrastination... à la réalisation)

 

ConférencierFred Parkinson

Quand : Jeudi 16 novembre 2017, de 19h30 à 21h

 :       Édifice Centennial Hall
             288, boul. Beaconsfield, Beaconsfield, H9W 4A4


Conférence en anglais. Période de questions bilingue.


Les premiers pourparlers entre le Canada et les États-Unis en vue d’un système de navigation de Montréal au lac Ontario eurent lieu en 1895. La détermination faisait défaut, cependant des discussions ont conduit à l’établissement de la Commission mixte internationale (CMI) en 1909, commission qui s’occuperait des questions concernant les cours d’eau partagés par les deux pays. En 1949, le besoin d’une liaison fluviale était devenu pressant, aussi des négociations sérieuses ont été menées avec la CMI. Les progrès ont été entravés par les contestations des compagnies ferroviaires ainsi que par divers autres intérêts commerciaux bien établis, mais finalement les intérêts des exploitations minières, industrielles et agricoles l’emportèrent et un accord a pu être mis en place. La construction de la voie maritime a commencé en 1954.
La construction des 5 écluses canadiennes, des 2 écluses américaines ainsi que de la centrale à Cornwall-Massena, a nécessité des modifications majeures le long du fleuve. Onze villages ont été noyés, seulement deux ont pu être reconstruits au-dessus du niveau final du fleuve. Les routes et les voies de chemins de fer ont dû être relocalisées. L’ensemble du système a été salué comme le plus grand projet de navigation jamais entrepris dans le monde.
La voie maritime a été achevée et est devenue opérationnelle en 1959. En 190 jours de la même année, 25,1 millions de tonnes de cargo ont transité. La circulation des navires a augmenté pour atteindre un maximum de 80 millions de tonnes en 1979 et ensuite a diminué jusqu’à environ 40 millions de tonnes par an à l’heure actuelle. Cependant les améliorations apportées aux écluses et aux canaux ont progressivement augmenté la saison de navigation. En 2006, les navires pouvaient naviguer pendant 283 jours.
Grâce à la voie maritime qui donne accès aux Grands Lacs, les retombées économiques annuelles partagées par les nombreuses industries et le secteur agricole des deux pays ont été estimées à plus de 35 milliards de dollars américains.


2017-11-16FredParkinson

Fred Parkinson est Ingénieur Civil/Hydraulique à la retraite.
Pendant 45 ans, Fred a travaillé en tant qu’ingénieur dans le domaine de l’hydro-électricité et la navigation maritime. Il a été responsable d’études visant à améliorer l’opération des écluses de la voie maritime dans les conditions de glace au printemps et à l’automne. Il a également participé aux études sur modèle réduit pour élargir et approfondir le chenal de navigation à l’aval de Montréal. D’autres études sur des modèles plus limités ont permis la mise au point de systèmes d’opération de plusieurs écluses sur les canaux Trent, Rideau, ainsi qu’outre-mer pour le canal Panama.
Dans le secteur de l’hydroélectricité, son premier projet au Québec a été le barrage de Carillon sur la rivière Outaouais. À cette époque, Hydro-Québec se lançait dans un programme ambitieux d’aménagements et Fred a pu participer aux études hydrauliques effectuées pour les projets des rivières Manicouagan et Outardes dans la région du Bas-St. Laurent, ainsi que sur les rivières La Grande, Eastmain et Caniapiscau dans les régions des baies James et Hudson. Il a été également le principal responsable des études-clés de design et mise-au-point pour plusieurs aménagements majeurs au Manitoba et en Colombie Britannique. Son expertise accumulée sur ces projets lui a ouvert la possibilité de travailler en tant qu’expert-conseil pour des projets outre-mer : Iraq, Pakistan, Népal, Madagascar, Philippines, Viet Nam, Nigeria, Soudan, Bolivie, Belize, Venezuela et Colombie. En 2003, pour clôturer sa carrière, il a été appelé comme témoin-expert devant la cour au sujet des graves inondations de 1996 de la rivière des Ha Ha dans la région du Saguenay.
À sa retraite, Fred a travaillé dix-huit mois dans un sous-comité de la Commission Mixte Internationale qui était chargée d’étudier les opérations de contrôle de la Voie Maritime et leurs effets sur les niveaux dans le lac Ontario et le fleuve St. Laurent. L’objectif était de recommander des modifications qui seraient plus acceptables aux différents intervenants, en particulier, dans le domaine environnemental.